Conseil n°1 : Comment me préparer ?


Je vous propose 5 conseils simples et directement opérationnels pour rendre plus fluide et plus efficace votre communication. Pour cela, j’ai repris les questions que j’entends le plus souvent :

  • Question n°1 : Comment me préparer ?
  • Question n°2 : Comment gérer mon stress ?
  • Question n°3 : Comment gérer mon corps ?
  • Question n°4 : Comment gérer les publics difficiles ?
  • Question n°5 : Comment enrichir ma communication ?

Bien sûr, si vous avez des remarques ou des questions complémentaires, posez-les moi par mail, je serai très heureux d’y répondre !

Dans quelques jours, ou quelques heures, vous allez devoir prendre la parole. Au boulot ou avec certains de vos proches. Dans une réunion avec des collègues ou des clients, avec vos amis pour vos prochaines vacances, avec votre fils pour lui parler de son comportement en classe. Bref, le contexte importe peu. Ce qui compte, c’est que cette fois vous avez décidé de vous préparer, parce que vous avez vraiment envie que les choses se passent bien : a minima que ce moment soit plus agréable pour vous et votre public, et au mieux que ceux qui vous écoutent repartent convaincus, disposés à faire ce que vous souhaitez.

Première bonne nouvelle : vous avez décidé de vous préparer. Deuxième bonne nouvelle : la plupart du temps, vous n’avez aucun problème à communiquer. Depuis que vous êtes né, vous avez appris à parler, à exprimer vos émotions et votre raisonnement, dans le but d’obtenir des personnes en face de vous une compréhension, des émotions, et souvent une action. Et finalement, lorsque nous échangeons avec nos semblables, cela se passe en général plutôt bien ! Pour bien se préparer, il suffit en réalité de revenir aux principes fondamentaux que nous avons appris et que nous pratiquons intuitivement depuis l’enfance…

Le premier de ces principes, c’est celui de l’intention.

Pour se préparer à communiquer, la plupart des gens se demandent tout de suite « qu’est-ce que je dois dire ? » Ils commencent à construire des messages à faire passer, un raisonnement, des explications pour faire comprendre leur point de vue aux personnes qu’ils vont rencontrer. En fait, c’est déjà une erreur de base : même si je réussis à faire comprendre mon point de vue à la personne en face de moi, cela ne garantit en rien qu’elle en tirera les mêmes conclusions que moi.

Par exemple, si j’explique à des amis « pourquoi je pense que ce serait une super bonne idée d’aller cette année à la mer », ils pourront me répondre au final qu’ils m’ont bien compris, peut-être même « qu’ils n’avaient pas vu les choses comme ça », mais ils vont m’expliquer à leur tour pourquoi ils préfèrent malgré tout partir à la montagne…

Autre exemple : je viens démontrer à un client pourquoi mon produit est le meilleur pour lui… et mon raisonnement se fracasse sur son indifférence – en fait il déteste changer quelque chose qui ne fonctionne pas trop mal, et en plus il aime bien les commerciaux chez mes concurrents.

Ce qui compte d’abord, ça n’est pas ce que je vais dire, mais pour quoi je vais le dire. Or selon moi, expliquer, présenter, démontrer, faire passer des messages… ne sont jamais le vrai objectif. Ce qui me ferait vraiment plaisir, ça n’est pas que mes amis comprennent mes raisons d’aller à la plage cet été, c’est qu’ils changent leurs plans pour venir avec moi ! Ce que je veux, ça n’est pas seulement que mon client adhère à mon raisonnement sur mon produit, mais qu’il l’achète !

En réalité, le vrai objectif d’une prise de parole ce sera toujours convaincre ou donner envie plutôt qu’expliquer ou présenter. Et pour vous en convaincre justement, posez-vous cette question simple : « qu’est-ce que j’adorerais que ces gens disent ou fassent à la fin de notre discussion ? Qu’est-ce que je serais très heureux d’avoir atteint ? » Souvent vous allez répondre… « et bien déjà qu’ils aient compris », ou bien « ce serait déjà pas mal si ça s’est bien passé ». Tout est dans le déjà : il signifie qu’il y a autre chose qui vous rendrait encore plus heureux – ce sera votre vrai objectif.

Une fois que vous aurez défini votre intention, ce qui va vraiment vous porter, orienter à la fois vos émotions et votre corps, alors vous allez pouvoir préparer vos arguments pour atteindre cette cible. « Qu’est-ce qui pourrait les convaincre…? » Et bien sûr, vous n’aurez pas toutes les réponses, parce que vous n’êtes pas dans leur tête. Il faudra aussi apprendre à ne pas tout préparer, à garder une part d’improvisation dans votre discours, pour questionner les personnes en face de vous sur ce qui justement pourrait les convaincre – en apportant ensuite des réponses que vous n’aurez pas forcément préparées !

En synthèse, retenez que toute communication est influence. Si je parle à quelqu’un, c’est que je souhaite qu’il dise, fasse ou pense quelque chose. Si je me focalise sur cette cible, que je serais heureux d’atteindre, alors mon corps, mes émotions et mon cerveau vont se mettre en jeu dans cette direction et j’aurai bâti le socle d’une communication efficace.

 

Pour recevoir la suite des conseils la semaine prochaine, inscrivez-vous :