Ce que nous faisons n’a RIEN à voir avec qui nous sommes…

Publié le 6 avril 2018

Hier soir je traversais Paris et sur le flanc d’un bus j’ai vu la nouvelle campagne de la Banque Postale, avec ce slogan : « Ce que VOUS ÊTES compte autant que ce que VOUS FAITES ». Arrivé chez moi je suis allé sur le site de la banque, j’ai regardé d’autres affiches avec le même slogan, et la vidéo du « makeup » de cette campagne. Le but : montrer que les qualités humaines des conseillers de la banque sont aussi importantes que leurs compétences.

Aurélien Daudet - Communication efficace - intelligence émotionnelle

L’idée est certes positive. Mais ce slogan est totalement faux. En voulant ramener les qualités « humaines » au niveau des compétences « techniques », il continue à comparer qui je suis avec ce que je fais. Or les deux sont dans des ordres irréductiblement différents. Que je fasse de bonnes actions, de belles choses, ou au contraire des erreurs, des fautes condamnables, cela ne change rien à qui je suis et cela n’augmente ou ne diminue en rien ma valeur intrinsèque, essentielle.

Je sortais justement d’un rendez-vous dans un grand groupe informatique, où un manager m’expliquait la difficulté qu’il avait à remotiver ses équipes dont les résultats n’étaient pas atteints. Je lui ai rappelé que d’une part ça n’était pas lui qui pouvait « remotiver » ses équipes – son pouvoir se limite à mettre en place les conditions d’une amélioration, tandis que chaque individu est aux commandes de sa motivation personnelle. Et en ce qui concerne ces conditions d’amélioration, nous avons discuté du fait qu’elles passaient évidemment par un changement dans une culture postulant que la valeur des salariés passe UNIQUEMENT par l’atteinte ou non de ces résultats – donc par ce qu’ils FONT.

Tant que je considère qu’un échec remet en question ma valeur personnelle, il me sera extrêmement difficile de le dépasser et de réfléchir à une autre manière de faire – justement parce que je crois qu’il faut que je change moi, que je change qui je suis.

Je pense à ce banquier d’affaires épuisé de fatigue, qui reconnaissait travailler beaucoup trop mais qui répétait comme un mantra « je veux être quelqu’un de bien ». Lorsque je lui ai simplement dit « tu sais que ce que tu fais n’a rien à voir avec qui tu es », il s’est arrêté net et je l’ai vu très ému. À la pause suivante, il m’a dit que c’était la première fois qu’il prenait conscience de cette évidence, et pourquoi il mettait tant d’énergie dans un perfectionnisme épuisant.

« Qui je suis » et « ce que je fais » sont deux choses irréductiblement différentes. Je peux faire des erreurs, remporter des victoires, cela n’y changera rien. « Je suis moi, rien que moi, et c’est magnifique ».

Un commentaire

Françoise

26 avril 2018 à 13 h 49 min

c’est beau ça!
L’évidence du fait est malheureusement contré par une habitude culturelle de comparer. Et cette culture est le résultat de l’industrialisation qui a viré en recherche de performance a maximiser.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.