90 jours sans alcool : première semaine

Publié le 24 avril 2017

Autour de la question de la communication autonome, je vais expérimenter un certain nombre de processus, techniques, réflexion… pour entretenir son énergie, la maintenir à un niveau optimal. Premier de ces tests grandeur nature, trois mois sans une goutte d’alcool – et voir les résultats sur un trail de 39 kilomètres…

Samedi 22 avril, jour de démarrage de ce défi un peu particulier : 90 jours sans boire une goutte d’alcool. Les raisons de ce défi ? D’abord parce que c’est un défi, et que j’aime tous les défis. Pourquoi c’est un défi pour moi ? J’ai repris la définition que j’ai entendue en formation à l’Analyse Transactionnelle[1] et je ne pense pas être alcoolique. Mais j’aime beaucoup les bonnes bières, le bon vin, et les grands whiskies… J’en bois parce qu’ils m’aident à me détendre (c’est ce que je crois) et aussi parce qu’ils me donnent un sentiment de liberté, de sortir pour un moment de ce qui est « à faire », « devoir », « dans le cadre » (de nouveau c’est ce que je crois). Enfin j’en bois avec des amis parce que ce sont des moments que je trouve sympas, conviviaux et drôles. (La question étant bien sûr de savoir si cela est forcément lié à l’alcool, ou possible sans…)

Pourquoi maintenant ? Je viens d’avoir 44 ans, et je sens que boire comme avant a des effets négatifs beaucoup plus forts, et beaucoup plus durables. Le lendemain, au pire, gueule de bois et maux de tête, au mieux, fatigue accentuée, apathie, productivité en chute libre. Encore plus immédiatement, j’ai fini totalement à l’envers il y a quelques jours dans une soirée à Zürich avec mon meilleur ami, à l’occasion d’un (mauvais) concert de Deftones, et je me suis rendu assez ridicule en envoyant des messages stupides à certaines personnes de mon répertoire… On devrait toujours éteindre son téléphone dans ce genre de situations (d’ailleurs je me suis dit aussi que j’allais profiter de cette cure de désintoxication de l’alcool pour démarrer aussi une désintoxication du téléphone… et des autres moyens numériques, bref de tout ce qui a un écran).

Ce que je souhaite atteindre :

. Avoir plus d’énergie

. Être physiquement plus « fit »

. Supprimer les douleurs que je trimbale un peu partout (mains, genoux, dos)

. Dégager du temps pour faire plus de choses positives pour moi

Pour m’accompagner dans ce processus, j’ai fait deux choix. D’abord, m’inscrire sur un site très bien fait autour de ce défi : « One Year No Beer » (www.oynb.com) qui m’envoie chaque matin un mail de conseils et de techniques, avec des vidéos et des podcasts accessibles en ligne. Ensuite, j’ai proposé à un de mes frères de relever ce défi avec moi. Il a décidé de tenter 30 jours… pour le moment !

Un des premiers conseils que donne le site OYNB, c’est de définir une cible positive pour se motiver sur le long terme : qu’est-ce que j’aimerais pouvoir faire dans 90 jours… que je ne peux pas encore faire aujourd’hui ? Sur la page dédiée du programme, il est proposé de se fixer un défi, de préférence physique, que l’on aimerait être capable de relever à la fin des 90 jours. Ce défi est fait pour avoir :

. Une cible, qui permette d’axer les exercices, l’entraînement

. Un but, pour remplir le temps récupéré en ne buvant pas

. Des exercices, qui permettent de rendre son corps plus « actif »

. De la confiance, en réussissant quelque chose que l’on ne pensait pas être capable de faire

Pour moi, la fin des 90 jours, ce serait quelque part vers mi-juillet. A cette date, je voudrais être capable de faire un trail long (au-dessus de 30 kilomètres) avec un dénivelé important. J’ai donc demandé conseil à Bruno, que j’ai rencontré lors d’une formation que j’ai animée chez Orange, et qui est un athlète de haut niveau (la semaine prochaine, il va courir 120 kilomètres avec 6000 mètres de dénivelé cumulé…). il m’a parlé du Trail des Passerelles du Monteynard, 39 kilomètres avec 2000 mètres de dénivelé, que je vais donc courir le 16 juillet prochain !

Cela fait donc une semaine que je tiens ce défi. Assez facilement la plupart du temps, plus difficilement lorsque je suis invité à la fin d’une formation dans un des meilleurs restaurants de Lyon… Mais jusque là, tout va bien – la suite au prochain épisode !

[1] J’ai appris dans ma formation en Analyse Transactionnelle à Bruxelles qu’il y a deux sortes d’alcooliques : ceux qui peuvent ne pas boire tous les jours, mais qui lorsqu’ils boivent se mettent assez systématiquement la tête à l’envers. Et ceux qui ne sont jamais soûls, mais qui ne peuvent pas passer une journée sans boire un verre… Je pense heureusement ne rentrer dans aucune de ces deux catégories !

2 commentaires

LONGUEPEE

3 mai 2017 à 6 h 27 min

Super Challenge Aurélien. Pour les Passerelles du Monteynard (39km D+2000) et pour simplifier et optimiser ton plan d’entrainement et sans te prendre la tête ;-))
1) 3 sorties par semaine dont une Longue d’environ 2h avec dénivelé entrecoupée dans ta sortie de petites accélérations de 15″ ( 2 séances en une quant on a pas trop le temps)
2) séance de WMA du 30*30, c classique mais efficace. Tu fais 30″ allure 80% sprint, 30″ récupération en trottinant que tu enchaines 8X , ensuite récupération 3 minutes et reprise 8X30 de nouveau.
pour la première attaque juste une série de 10X30
3) sortie classic run 10 à 15 km à 9 ou 10 km/h, car pour durer, il faut aussi apprendre à courir lentement longtemps.
Ne pas oublier tous les soirs 15 minutes Gainage, abdos, pompes, pour muscler ton dos et ventre, cela te servira lors de ton trail pour une meilleure position du corps.
ELEMENT IMPORTANT : le matos Les chaussures de trail à la bonne taille. Pour ma part, je prends des Hoka challenger, ou Salomon S-lab ou Altra zéro drop suivant le type de terrain. chaussettes de trail, Short ou cuissard,Buff, Mailot technique( pour moi le meilleur c’est le WAA ultra trailer avec ses nombreuses poches. sac à eau avec flask car par rapport à un sac à eau cela te permet dans une flask de mettre de l’eau et dans l’autre de la boisson isotonique. j’en ai testé plusieurs mais la mieux dosée est l’APTONIA ISO + ( bossons) et Aptonia ultra 700 ( gel) de chez Décathlon. sinon y’a les barres si les gels ne te conviennent pas. pendant ta course pour éviter les baisses de régime, boire toutes les 10 minutes sans soif et manger toutes les heures (Gel Barre ou autres, ce qui te fait plaisir quoi).
UN CHALLENGE POUR UNE NOUVELLE VIE ET UNE NOUVELLE ENERGIE :-))))
Tu peux m’appeller si tu as des questions car je te les fais synthétique.

Aurélien Daudet

3 mai 2017 à 6 h 39 min

MERCI BRUNO !!! J’adore ta phrase « Un challenge pour une nouvelle vie et une nouvelle énergie », c’est exactement ce que je veux exprimer dans cet article.
Et puis ce plan d’entraînement, c’est un très beau cadeau pour quelqu’un d’un peu « cadré » comme moi ! Je sais ce que j’ai à faire, je n’ai pas besoin de passer des heures sur internet à rechercher le bon matériel, bref tout va rouler, je n’ai plus qu’à me mettre en route !
Je me dis qu’en plus toutes ces informations pourraient être bien utiles à d’autres membres de la communauté… Si certains sont intéressés, on pourrait monter un groupe pour les Passerelles ? Dites-moi dans les commentaires si cela vous tente ?
Encore mille mercis Bruno, c’est magnifique, et je ne manquerai pas de t’appeler si j’ai des questions… ou des baisses de régime…
A tout bientôt,
Aurélien

Laisser un commentaire